La période moderne
(début XXème)

                Voir le Powerpoint spécial ici

    Au début du XXème siècle se produit un éclatement des codes traditionnels

Avec le fauvisme et surtout le cubisme, l’art se renouvelle et toutes les formes d’expression deviennent possibles. La peinture abstraite, avec Kandinsky, apparaît en 1910. 

Après la grande cassure de la guerre de 1914-1918, le surréalisme, en rupture avec le passé, propose en littérature (Breton, Aragon) et dans tous les domaines plastiques (Ernst, Dali) une recherche nouvelle par l’exploration de l’inconscient, de l’insolite et leurs représentations. 

Des compositeurs de premier plan, travaillant dans des voies différentes - parfois même opposées - apportent un profond bouleversement dans la manière de s’exprimer (Schoenberg, Webern). 

L’essentiel des recherches se fait principalement à Paris, qui maintient une certaine tradition et attire de nombreux artistes étrangers d’écriture entièrement nouvelles.

         En cette première moitié du XXème siècle, le ballet - surtout grâce aux Ballets russes de Serge De Diaghilev - devient un genre noble, dans lequel les danseurs, évoluant dans des décors dus aux plus grands artistes (Picasso, Braque, Matisse) et soutenus par une partition demandée à des compositeurs de renom (Debussy, Ravel, Stravinsky, Prokofiev, Poulenc, Satie), expriment par la chorégraphie la diversité des sentiments et des situations.

Comme tous les arts, la musique intègre des apports venus de divers pays, tels le jazz né aux Etats-Unis, des gammes asiatiques (Debussy, Ravel), des rythmes et des instruments exotiques (gong).